JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.

Ron Finley
www.ronfinley.com

Il était une fois dans l’Ouest… Le métro s’éloigne des maisons d’un quartier populaire de Los Angeles… Un jardin, un grillage, un texte peint sur le mur bleu : « There are no broken dreams, only unfinished reality » … Il n’existe pas de rêves brisés, seulement une réalité incomplète… Dans le jardin, la piscine est transformée en pépinière géante, en exposition de Street Art ou en salle de cinéma selon les circonstances…

Et sur ce rêve réalisé et dans cette réalité bien concrète règne Ron Finley. Il est là pour nous accueillir avec un sourire et un cœur immense, dans la joie de partager sa passion : le jardin créateur pour tous.

Ron Finley est un sage : « Le jardinage nous transforme car il nous permet de prendre conscience de l’alchimie de la planète. » Il est aussi un créateur et un artiste : « Pour moi, le jardinage est une forme d’art. Je l’appelle mon art de la rue, car le jardin est ma toile. »

Ron Finley peut parler pendant des heures de ses joies et de sa tristesse d’être peu compris. Il a observé, à Los Angeles et dans d’autres grandes villes d’Occident, les corrélations entre les quartiers pauvres et l’absence de nourriture de qualité. Les Américains ont un terme pour ces quartiers, food desert, des endroits où l’on ne trouve pas ou très peu de nourriture fraîche. 

Ron Finley a donc commencé par planter des fruits et des légumes sur les promenades publiques, entre les trottoirs et sa rue, la municipalité de Los Angeles n’a pas apprécié du tout, même si, au départ, les habitants du quartier, autant les adultes que les enfants, ont trouvé extraordinaire la beauté de leur voisinage et la profusion de nourriture mise à leur disposition. Il faut reconnaître que le soleil de Californie favorise l’abondance. Néanmoins, les plates-bandes juste devant la maison de Ron Finley restent un oasis de verdure unique, ailleurs un morne gazon monotone et clairsemé continue de border les rues de la cité des anges. 

En 2013, une conférence TED (sous-titrage en français) propulse Ron Finley sur le devant de la scène de la culture alternative américaine et le présente au-delà des frontières. Sur cette lancée, en 2015, John Legend produit un documentaire, « Can you dig this », qui célèbre l’œuvre de jardinage créatif de Ron.

Ron Finley est un sage, un artiste et un poète. Il nous décrit longuement la beauté de la nature dans une fleur, un fruit, une graine : « La beauté ne coûte rien… Si vous logez les gens dans un environnement laid, qu’allez-vous obtenir ? De la laideur ! Si vous les entourez de beauté, vous obtenez de la beauté. La beauté ne coûte pas davantage que la laideur. C’est tout simple ! »

Ron Finley est un révolutionnaire : « Faire pousser votre propre nourriture, c’est comme imprimer vos propres billets de banque ! »

Sur Facebook, il partage souvent des vidéos qui montrent des enfants qui s’émerveillent de planter une salade et de la voir pousser : « Si vos enfants cultivent des choux, ils vont manger du chou, s’ils cultivent des laitues ou des tomates, ils vont manger des laitues ou des tomates… »

Pour le moment, Ron Finley et son jardin qui embellit les trottoirs inspirent de très nombreuses personnes mais ne transforment pas encore la société urbaine qui vit d’illusion et s’égare en pleine ignorance de la physiologie et de la Nature. Ron Finley est un pionnier et, comme tous les pionniers, il poursuit seul l’exploration d’une relation artistique et créative avec la Nature.

« L’on ne peut pas être plus révolutionnaire que notre Mère Nature. Nous faisons partie de la Nature. Nous sommes de la matière organique et nous l’avons oublié. Si nous pouvons faire passer le message à nos enfants que travailler la terre, c’est comme respirer et vivre, alors œuvrer pour la planète devient magique. »

Dans un premier temps, nous pouvons encourager Ron Finley au travers de son site ou de sa page Facebook, il est aussi possible de soutenir son œuvre financièrement. Et nous avons aussi le choix de nous en inspirer et de commencer à planter des salades…

La Ferme Vaudoise
www.lafermevaudoise.ch

ferme-vaudoise

Sous les arcades de l’hôtel de ville à la place de la Palud à Lausanne, derrière une vache blanche à roulettes se cache la ferme vaudoise. Le magasin campagnard est depuis de nombreuses années le résultat d’une coopération ville campagne qui met, à notre disposition citadine, les productions gastronomiques des fermes alentours. L’ensemble des produits est issu de la production intégrée locale et ne provient donc pas des « cantons » du Pérou, Togo ou autre Australie chers à la « grande » distribution. Au fil des saisons, il nous est proposé de découvrir ce qui pousse pas loin de chez nous. C’est une façon de manger de meilleurs produits et moins de pétrole.

Domaine de Fermens
www.fermens.ch

hector marché lausanne-light

Judith Ammann-Silva et Hector Silva font pousser des fruits et des légumes avec « l’aide d’un petit motoculteur et beaucoup d’huile de coude » comme évoqué sur leur site. Depuis 1987, les saisons s’égrènent au fil des marchés chaque mercredi et samedi à Morges et à Lausanne.Quelques produits viennent du Sud de l’Europe mais jamais hors saison. Les capacités de garde de nos légumes bio et locaux sont toujours surprenantes. Nous n’allons en général au marché qu’une fois par semaine. Les salades de quasi sept jours ont encore bien plus de goût et de croquant que leurs cousines flétries par les spots blafards des grands magasins.

Les Miels et les abeilles de François Brunet
www.mielsbrunet.ch

QL5A3475_DxO

Si le site est en création, les miels Brunet et les produits de la ruche ne le sont pas et de loin !

Les ruchers de François Brunet « zonzonnent » dans toute la Romandie, du Locle à Gryon en passant l’Alpe des Chaux et Denens. Ses miels sont délicieux, riche en arôme et de qualité parfaite ! Au détour d’un marché, il vous parlera longuement de ses millions d’amies diligentes qui nous offrent le nectar de Dieux dans un pot en verre.

Les rumeurs populaires « internetisées » prêtent à Einstein la phrase « si les abeilles disparaissaient de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Si cette phrase est biologiquement fausse, il existe des centaines d’insectes pollinisateurs autres que l’abeille Apis mellifera, elle a néanmoins l’avantage de mettre cet animal au centre des actions écologiques. L’avenir de l’humanité se fera en coopération avec la Nature et non en se comportant comme un voleur.

Une promenade avec les anges
www.promenades-angeliques.ch

angélique Si si, c’est vrai ! L’alliance de l’architecture baroque avec une technologie de funambule : Joëlle Richard et Alain Kilar le font afin de nous offrir le regard de l’ange dans une cathédrale.  Qui a vu la rosace de la cathédrale de Lausanne juste en face à quelques mètres ? Et le labyrinthe de la cathédrale de Chartres parfaitement à la verticale ? Les anges, justement, relayés par Joëlle et Alain, orfèvres de l’image et de la patience.

Les conditions techniques sont difficiles, pas question de faire voler un drone télécommandé dans un monument historique. Une cathédrale n’est pas un stade de foot ! Joëlle et Alain travaillent avec des câbles et des tringles fixés délicatement sur les pierres ancestrales. La technique mise au point par Alain Kilar permet de longs temps de pose avec des appareils photographiques lourds et elle nécessite un travail de postproduction considérable. Il suffit d’observer la netteté des clichés pour se rendre compte du fabuleux travail que cela demande.

Lorsqu’ils ne jouent pas les anges, Joëlle Richard fait de la mise en scène et écrit des pièces de théâtre. Alain Kilar fait aussi des photographies au graphisme splendide, de la mise en image d’entreprise et des éclairages et décors de théâtre… de Joëlle entre autres.

Nassim Haramein
www.resonance.is & www.academy.resonance.is

 

Il se passe quelque chose au Far West… En Californie, un ancien grimpeur, surfeur, professeur de ski et de plongée, révolutionne la physique fondamentale au grand dam des académies conformistes de la science officielle médiatisée. Nassim Haramein est né à Genève d’un père iranien et d’une mère italienne. Il a découvert dans un premier temps la physique de son corps en se confrontant à la gravitation par des activités comme la grimpe ou le surf, là où chaque « erreur de calcul » se paie chèrement. Animé d’une immense puissance de travail et d’une solide intuition, il a exploré les fondements de la physique en remontant très loin dans les bases mêmes de la géométrie posées par Euclide.

À partir de là, Nassim a reconstitué une physique unifiée, aidé sur le plan des calculs au début par Elizabeth Rauscher et ensuite par toute une équipe de passionnés comme Amira Val Becker, William Brown, Marshall Lefferts. Il décrit l’univers de l’infiniment grand à l’infiniment petit dans une  élégante géométrie holo-fractalaire.

La masse du proton est « corrigée » afin qu’il devienne un micro-trou noir et, grâce à cela, l’ensemble de notre vision de l’ancien monde bascule vers un monde nouveau. 

Nassim Haramein décrit, au moyen de formules mathématiques rigoureuses, un univers parfaitement interconnecté au sein duquel :

– la matière et l’énergie se comportent comme un ensemble vivant, un tout, « holo »
– l’information / l’énergie est une interaction holographique, c’est-à-dire que chaque point de l’univers possède en potentialité l’information du Tout
– l’espace « vide » entre les objets est plein d’une énergie potentielle infinie qui connecte toutes les formes
– l’espace-temps peut être compris comme un champ d’espace-mémoire dans lequel notre conscience voyage

Il est possible de suivre l’enseignement et les travaux de Nassim Haramein sur ses sites Internet : academy.resonance.is et resonance.is, une grande partie des informations y sont librement disponibles. Pour aller plus loin dans cette démarche, le cours principal de la Resonance Academy donne droit au statut de délégué qui permet d’assister à de nombreuses « Live Sessions » et de consulter un matériel didactique impressionnant. Il n’est pas du tout nécessaire d’être physicien pour y comprendre quelque chose, les capacités de transmission de l’ensemble de l’équipe sont stupéfiantes. Les enseignements de Nassim et de son entourage nous prennent à l’endroit où nous sommes et nous guident dans les labyrinthes géométriques de la nouvelle physique unifiée avec délicatesse et humour. Le site permet aussi aux délégués d’intervenir dans une « classroom » virtuelle amusante et cosmopolite.

Nous avons commencé à suivre cet enseignement en 2014 et cela nous a amenés à comprendre le monde qui nous entoure autant que nos espaces intérieurs d’une façon bien plus profonde et bien plus significative que nous ne l’aurions fait en nous contentons de la transmission officielle et scolaire.

Il faudra encore du temps pour que les idées « iconoclastes » de Nassim Haramein soient officiellement admises. Mais quand elles le seront, elles nous paraîtront tellement naturelles qu’il nous sera impossible d’envisager un temps où elles n’existaient pas.

Domaine des Saugealles
Famille Patrick Demont

saugeallesQuelques produits de commerce direct viennent de cette sympathique famille au marché de Lausanne à la place de la Palud les mercredis et samedis. Du lait cru – infiniment plus digeste que le liquide blanc du même nom emballé en carton enduit de plastique –  de la crème fraiche, du beurre, du seré, des yoghourts, de l’huile de colza pressée à froid, des œufs et des meringues. Il y a aussi de la confiture de lait et des caramels à la crème. Mais là, prenez garde à la dépendance qui peut être sévère. Pour l’usage et les avantages du lait cru : voir les livres et le site de www.taty.be. En plus de la pasteurisation, qui détruit les enzymes facilitant la digestion du lait, l’homogénéisation crée des gouttelettes de graisses trop petites. D’une part, pour le goût, les papilles gustatives ne reçoivent pas assez longtemps les arômes qui sont dans les graisses et, de ce fait, le lait homogénéisé est insipide. D’autre part, au niveau de l’intestin, la perméabilité à ce lait à petites gouttelettes de graisse est trop rapide. Une partie des intolérances au lait pourrait venir de là. C’est une hypothèse à découvrir.

 

 

L’Aromathérapie – Remède ou Poison ?
L’essentiel des essences en 21 minutes

QL5A5991_DxOUn coup de magie sur les huiles essentielles par Estelle Droz et Giada Koch pour leur travail de maturité. En 21 minutes les deux étudiantes nous emmènent avec humour et précision dans le monde parfumé des plantes aromatiques. Autant les recommandations que les mises en garde sont présentées avec clarté avec des cadrages originaux, tout comme les modes d’action, d’absorption. La chimie invisible est montrée par des animations colorées et dynamiques.

 

 

Claude Jabès
www.gourmandises.ch

Il est l’orfèvre des claude jabès pds« petits pots de sauces », l’artisan maître du « piment qui arrache ». Claude Jabès nous enchante chaque samedi en haut de la Madeleine au marché de Lausanne. Ses mélanges gouteux accompagnent à merveille les légumes et les plats des amoureux de la cuisine. Claude Jabès écrit, et fort bien, des livres de recettes qui égaient les papilles de la langue française.

Jan von Ungern-Sternberg – artiste de cirque
www.upinthehair.ch
www.diabolocirque.ch/

diabolocircus Des diabolos volent en dépit de la gravitation, atterrissent quelques instants sur les longs cheveux de Jan, et repartent entrainés par les cordes tenues de mains expertes.

Jan est un professionnel du cirque avec comme spécialité le jonglage et les diabolos, le numéro figurant sur son site est à proprement parler ébouriffant même si ses cheveux sont en fait magnifiquement coiffés. Lorsque Jan ne tourne pas sur les scènes internationales, il donne des stages pour les enfants de 9 à 18 ans. Renseignements sur son site.